Imprimer cette page

Quel MM acheter ?

Créé le 28 décembre 2006 et modifié le 24 décembre 2007 par Gérard (Bulgroz FRA18)


Quel Micro Magic choisir ?

Vous avez le choix entre deux versions (voir photos en bas de cette page) :

- le MM « classique », le plus ancien sur le marché (1998)
- le MM « Racing », commercialisé depuis le début de 2007
Pour vous aider dans votre choix, passons en revue les qualités et les défauts de ces deux versions.

1 - L’aspect général (ça compte !)

Le MM Racing a un aspect plus agressif, « plus course », que le MM Classique. Pour obtenir cet aspect « Racing », on part d’une coque de MM Classique et on lui ajoute des angles : étrave plus verticale, arrière tronqué et roof anguleux.
Côté aspect de la voilure, il n’y a pas photo : le MM Racing l’emporte haut la main. Ses voiles sont de meilleur aspect et de meilleure tenue que celles du MM Classique.
Il y a également le lest : court et épais pour le MM Classique, plus long et plus fin sur le MM Racing. Le lest du MM Racing est plus élégant ; mais est-il le plus efficace ? Nous en reparlerons plus tard.

2 - La coque et le pont
Mise à part une étrave plus verticale, la coque du MM Racing est la même que celle du MM Classique. Le pont a été épuré sur le MM Racing ; tout ce qui donnait un air de modèle réduit au MM Classique (le capot de pont, les cale-pieds) a été supprimé. Son pont est donc plat. Toujours sur le MM Racing, l’arrière du cockpit a été biseauté. L’intérêt est surtout esthétique mais peut être est-ce pour gagner quelques grammes...

3 - Les appendices de la coque
Le voile de quille

Il a la même longueur sur les deux versions du MM ; il est en revanche plus large sur le MM Classique.
Alors, quille large ou quille étroite ? Pour une même longueur une quille large va avoir plus de surface en contact avec l’eau, donc plus de frottements, qu’une quille étroite. C’est sans trop d’importance lorsque le vent est bien établi mais c’est plus gênant par tout petit temps. Lorsque la vitesse du voilier est faible une quille large va mieux « s’appuyer sur l’eau » (meilleure portance) qu’une quille étroite, Cette dernière demandera plus de vitesse pour être efficace.
Sans entrer ici dans des considérations techniques, vous pouvez voir qu’il n’est pas facile de se décider ; ainsi, par petit temps, une quille large peut être néfaste par sa plus grande surface mouillée et bénéfique par sa meilleure portance aux faibles vitesses…

 Autre différence, le voile de quille du MM Racing peut être disposé dans trois positions différentes.

L’avantage est de pouvoir équilibrer le voilier en tenant compte de la voilure choisie** et de la position des masses dans la coque (accus et servos). Tout cela, bien entendu, pour adapter le voilier à des conditions de navigation différentes : petit temps, clapot, grosse brise, etc.
(** il est en effet possible d’avoir plusieurs jeux de voiles pour faire face à tous les types de temps)

Le lest

Les lests des deux MM ont une masse identique (donc un même volume de plomb), mais des formes différentes. Pour un volume donné, la forme qui offre le moins de surface est la sphère. Le lest du MM Classique, plus court, plus ramassé que celui du MM Racing, se rapproche plus de la sphère (de très loin certes) ; c’est donc lui qui offre le moins de surface mouillée. Mais, le lest du MM Racing a une forme plus hydrodynamique et une meilleure pénétration dans l’eau. De plus, il est un facteur important, c’est la surface frontale du lest : plus elle est faible, meilleur c’est. Et là, c’est le lest du MM Racing qui est le meilleur. Vous le voyez, ici encore, on peut hésiter sur le choix du lest…

3 - Gréement et accastillage
3.1 - Pour le MM Classique
- Gréement en tubes d’aluminium
Pour : c’est léger, c’est facile à manipuler

Contre : c’est un peu trop souple, ça se plie (et une fois plié, c’est fichu…)
- Crochets divers pour attacher haubans, voiles et autres choses…
Contre : ils rouillent !
Pas de pour…
- Articulation de la bôme de grand-voile avec le mât (vît de mulet, etc.)
Pour : simple, robuste
Contre : simple ?

3.2 – Pour le MM Racing
- gréement en tubes carbone
Pour : léger, raide

Contre : cassant, délicat à percer (nécessite des renforts)
- Accastillage
Pour : de très bonne qualité, ne rouille pas
Contre : certaines pièces manquent un peu de finesse (à mon goût…)

3.3 – Voiles
Pour le MM Classique :

Voiles plates réalisées dans un tissu de mauvaise qualité, elles se déforment...
Pour le MM Racing :
Voiles plates également mais le tissu est de bien meilleure qualité.
Leur surface est un tout petit peu plus grande.

4 – Le prix
Prix du MM Classique :
Prix du MM Racing :
Attention, n’oubliez pas les frais de port !
 

Tout ce qui précède ne vous a pas beaucoup aidé pour faire votre choix ? C’est un peu normal.
Maintenant, il faut vous demander ce que vous voulez faire de votre MM, le temps que vous avez envie d’y consacrer et l’argent dont vous disposez…
Si vous n’avez pas de problème particulier avec votre porte monnaie, choisissez le MM Racing. N’oubliez pas qu’au prix du voilier, il faut rajouter le prix de l’ensemble de radiocommande si vous n’en disposez pas.
Si vous n’avez pas envie de trop dépenser d’argent, adoptez le MM Classique en kit mais attendez-vous à bricoler pour le mettre au niveau du MM Racing. Ceci dit, cela vous prendra un peu de temps mais ne vous coûtera pas trop cher. Une fois amélioré, le MM Classique se comporte tout aussi bien que le MM Racing. Il y a aussi la possibilité d’acheter un MM d’occasion ; de temps en temps on en trouve sur le forum.

Si vous aimez bricoler et si vous envisagez de donner une touche personnelle à votre voilier (qui n’a pas rêvé de trouvé la solution technique miracle à laquelle personne n’a encore pensé ?), il est possible de partir d’un MM Classique (mais on peut aussi bien le faire avec un MM Racing).
Si le bricolage n’est pas votre tasse de thé, ou si, tout simplement, vous n’avez que très peu de temps à consacrer au montage du voilier, optez pour le MM Racing.

Si vous aimez la régate, à vous de voir en fonction des contraintes précédentes (argent, temps disponible, goûts esthétiques, envie de bricoler, etc.). Au niveau des performances, les deux MM semblent se valoir. La différence, quand elle existe, vient plus des qualités du pilote (réglages, manœuvres, sens tactique, etc.) que du voilier lui-même.
Si vous désirez juste vous balader de temps en temps sur un plan d’eau, seul ou avec d’autres copains, sans esprit de compétition, ici encore, tout va dépendre des contraintes précédentes.

Vous avez aussi la possibilité de mixer les deux versions… coque de l’un, gréement de l’autre, etc. Toutes les combinaisons sont autorisées pour peu qu’elles répondent aux Règles de Classe.

Un dernier conseil : si vous n’êtes pas trop pressé, allez voir une ou deux régates de MM, observer de près les voiliers (à terre et sur l’eau) et discutez avec leurs pilotes. Beaucoup d’entre eux pourront même vous faire essayer leur petit bateau. S’ils refusent, c’est que ce ne sont pas de vrais Micromagiciens…

  Le MM Classique

  Le MM Racing

Plan et notice de montage du MM Racing (sur le site allemand), à l'adresse :
http://www.mm-sailing.de/mm-hp/daten/Bauplan-2014.pdf
http://www.mm-sailing.de/mm-hp/daten/2014-Anleitung-r-MM.pdf


Page précédente: Les caractéristiques du MM
Page suivante: Les règles de Classe