Imprimer cette page

Cunningham automatique

Créé le 6 janvier 2007 et modifié le 21 janvier 2007 par Gérard (Bulgroz FRA18)


Le système décrit ici n'est peut être pas indispensable sur un Micro Magic. Mais, comme il ne présente aucune difficulté à réaliser, autant se faire plaisir...
Dans la rubrique "Réglage des voiles", il est expliqué comment on doit détendre le guindant de la grand-voile au portant à l'aide du cunningham. Le système décrit ci-dessous, utilisé sur certains voiliers de la Classe 1 mètre, effectue ce réglage automatiquement.

Sur un voilier grandeur, la grand-voile est fixée au mât :
- par le point de drisse ;
- par des coulisseaux ;
- par le point d’amure.
On fixe le point d’amure à un crochet puis on hisse la voile le long du mât grâce à la drisse. Celle-ci est ensuite bloquée par un taquet. La tension de la drisse correspond alors à la tension du guindant de la grand-voile. Si on veut modifier la tension du guindant, le seul moyen c’est d’étarquer (de tendre encore plus) la drisse.
Pour tendre ce guindant sans toucher aux points de drisse et d’amure, la grand-voile est équipée d’un autre trou, légèrement au-dessous du trou d’amure : le trou de cunningham. Un bout (appelé « cunningham ») qui passe dans ce trou permet alors de tendre le guindant.


Photo extraite du site "Suisse 5O5 Association"
Sur la photo, le trou de cunningham est pointé par la flèche bleue.

Sur le MM, la grand-voile est fixée au mât de la même manière, à la seule petite différence que des petits anneaux remplacent les coulisseaux.
On ne hisse pas la voile. On fixe le point de drisse une fois pour toute et on fixe le point d’amure par l’intermédiaire d’un petit bout dont la longueur est réglable grâce à
un tendeur 3 trous. Il n’y a pas de trou de Cunningham.
En réalité, c’est le trou du point d’amure qui va faire office de trou de cunningham.

Au portant, il est intéressant de détendre le guindant de la grand-voile ; cela aura pour effet de reculer son creux.
Avec le système de « cunningham automatique », ce réglage ne va nécessiter aucun servo supplémentaire.

En voici le schéma de montage et le principe :
Un bout (le cunningham) part du point d’amure de la grand-voile, passe par un petit anneau collé le long du mât pour rejoindre la bôme et s’y fixer. Juste en arrière de l’axe de pivotement du vît de mulet, le bout passe par un autre anneau solidaire de la bôme. Un tendeur trois trous permet d’en régler la tension.


Ce qu’il faut déterminer, c’est la distance d entre l’anneau fixé sur la bôme et l’axe du vît de mulet ; c’est elle qui conditionnera l’importance du relâchement du guidant.
Lorsque le voilier est au près, le bout est tendu, et la chute également. Dès que le voilier abat, la distance entre l’anneau de bôme et l’anneau de mât passe de l1 à l2. Comme l2 est plus petite que l1, la tension du bout est diminuée et la chute relâchée.

A lire avec intérêt, l'article de Lester Gilbert : http://www.onemetre.net/Build/Downease2/Downease2.htm

 




Page précédente: Hale-bas ou pousse-bas ?
Page suivante: La balancine de foc